lundi 4 avril 2011

Tome 2 : Beautiful Darkness – Garcia & Stohl


Ce que j’aime avec ma boîte aux lettres c’est qu’elle me réserve toujours des surprises. Des fois des factures, une fois une contravention que j’ai oublié de payer (oups) et parfois un livre. Ah, le bonheur de recevoir une grosse enveloppe blanche marqué la FNAC dessus, surtout quand on a pré-commandé un livre depuis des semaines. Quel bonheur de recevoir ensuite un e-mail me disant que ma commande a été expédiée. C’est le côté aléatoire des commandes sur le net.

Trêve de blabla, les turpitudes administratives qui ont fait échoué Beautiful Darkness dans ma boîte aux lettres, on s’en tape.

Après son seizième anniversaire, Lena n’est plus vraiment elle-même. Si elle réussit à retarder l’inévitable, ce ne sera pas éternel. Ce qu’elle a fait durant cette nuit tragique la hante et la pousse dans une direction qui l’oblige à tout quitter.
Et Ethan ? Il assiste impuissant à la chute de Léna. Impuissant, vraiment ? Oui, mais non. Il l’aime, il la connait et fera tout pour elle. Il est un Mortel soit, mais franchement, vous croyez que Gatlin a livré tout ses secrets dans Beautiful creatures ?

Ce livre fait partie de la saga The Caster Chronicles. J’avais adoré le tome 1, j’ai entamée ma lecture confiante, j’avais raison, le tome 2 est encore meilleur !

Au niveau du style, c’est simple à comprendre, sans tomber dans le langage enfantin, c’est plutôt naturel, sans être vulgaire. On n’est pas obligé de sortir un gros mot à chaque phrase sous prétexte qu’on est un ado.
L’ambiance général est beaucoup plus sombre que le 1er tome, le titre colle très bien sur ce point. Rien qu’avec mon résumé, vous pouvez imaginer ce qui se passe, la belle histoire entre Léna et Ethan a pris un gros coup dans l’aile, et Léna qui change, c’est pas vraiment pour rejoindre le côté joyeux de la force. D’ailleurs, la plupart du roman se passe la nuit, ou dans des endroits sombres. Les rares scènes sous le soleil, même Ethan le dit, ça colle pas.

L’histoire d’amour, qui n’était déjà pas le thème principal de Beautiful creatures, l’est encore moins ici. Bien sûr c’est important, mais les doutes aussi le sont, l’incompréhension, les secrets. La magie, tout ce qu’elle comporte et ce qu’elle attire est encore plus présente. On plonge ici en plein dans un monde qu’on avait à peine effleuré précédemment.

Dès le début je ne pouvait m’empêcher de me demander d’où venait cette satanée chanson, ça et bien d’autres choses encore, on a les réponses. Donc beaucoup de révélations dans ce tome, des personnages se dévoilent et beaucoup de secrets qui s’écroulent; comme dans le 1er tome, oui certaines réponses on s’y attend, mais pour la plupart, j’ai été très surprise.
Le petit côté négatif, j’ai trouvé certaines solutions un peu faciles, mas vous comprendrez ce que je veux dire en le lisant, pas de spoilers !

Au niveau des personnages, ils évoluent beaucoup,mais pas que Léna, les autres aussi, plus adultes, même s’ils foncent tête baissé dans les ennuis. Ils sont toujours aussi intéressants, drôle, et touchants.
Une petite nouvelle vient s’ajouter à cette joyeuse bande, Olivia, une jeune anglaise intelligente, drôle et complètement tarée ! Disons que j’ai eu un petit coup de cœur pour elle.

Une citation qui pour moi est le meilleur résumé qui puisse être fait :

In Light there is Dark and in Dark there is Light.
J’ai adoré ce livre, encore plus prenant que le précédent, il est impossible à lâcher.
J’avoue, il y a une partie de moi qui me maudit pour avoir commencer cette saga avant que tout les tomes ne soient sortis, mais pour le comprendre il vous faudra lire les derniers chapitres.
Bonne lecture à tous !

1 commentaires:

Sapotille a dit…

Jolie chronique ! Je suis du même avis que toi dans l'ensemble, j'ai craqué sur Liv moi aussi =)

Enregistrer un commentaire